Le Monde des DYS:

Pour avoir une idée du monde des malvoyants, nous fermons les yeux.

Pour avoir une idée du monde des malentendants, nous nous bouchons les oreilles.

Pour avoir une idée du monde des dyslexiques, regarder le temps que vous mettez à déchiffrer ce texte :

           et comparer le avec le temps que vous allez mettre pour lire cette version…

Voici le même texte dans sa position habituelle :

« Les problèmes de compréhension en lecture qui persistent après plusieurs années d’apprentissage sont aujourd’hui très aiguës. Ces problèmes sont caractéristiques de l’essentiel des individus qui à l’abord de l’adolescence sont dénommés illettrés. »

Vous venez d’être « dans la peau d’un dyslexique » qui doit lire :

C’est une gymnastique des yeux épuisante, des efforts de concentration, une difficulté de compréhension et encore plus pour retrouver une information rapidement ou reprendre le fil de l’idée en cas  d’interruption… »

iS vuos pvueoz lrie ccei, vuos aevz asusi nu dôrle de cvreeau.

Seleuemnt 55 porsnenes sur cnet en snot cpalabes.Je n’en cyoaris pas mes yuex d’êrte cabaples de cormepndre ce que je liasis. Le povuoir phoémanénl du crveeau huamin. Soeln une rcheerche fiate à l’Unievristé de Cmabridge, il n’y a pas d’iromtpance sur l’odrre dnas luqeel snot les lerttes , la suele cohse imotprante est que la priremère et la derènire letrte du mot siot à la bnone palce. La raoisn est que le ceverau hmauin ne lit pas les mtos par letrte mias ptuôlt cmome un tuot. Étanonnt n’est-ce pas? Et moi qui ai tujoours psneé que svaoir élpeer éatit ipomratnt.

 

Si vous pouvez lire ceci, vous avez un drôle de cerveau. Seulement 55 personnes sur cent en sont capables. Je n’en croyais pas mes yeux d’être capable de comprendre ce que je lisais. Le pouvoir phénoménal du cerveau humain. Selon une recherche faite à l’Université de Cambridge, il n’y a pas d’importance sur l’ordre dans lequel sont les lettres, la seule chose importante est que la première et la dernière lettre du mot soit à la bonne place. La raison est que le cerveau humain ne lit pas les mots par lettre mais plutôt comme un tout. Étonnant n’est-ce pas  ? Et moi qui ai toujours pensé que savoir épeler les mots était important!

    L’information lue n’est pas celle écrite pour que les données transmises au cerveau soient cohérentes.La complexité du cerveau lui permet de multiples adaptations.

Les dyslexiques sont convaincus d’avoir écrit clairement leurs idées… et pourtant les lettres et les sons se seront mélangés, les idées se seront télescopées…

Ce que certains peuvent faire dans un sens, d’autres peuvent le faire dans l’autre !

Autre exercice:

Vous êtes en CE1, résolvez ce problème en moins de 10 minutes :

Monsieur etma damare novon deupari achameau nit. Ladisten cet deux 600 Km lavoix tureconsso me 10 litr rausan quil aumaître. Ilfocon thé 18€ deux pé âge d’aux taurou tet 8€ dere papour désjeu néleumidit. Les sens kou tes 1€ leli treu ilpar ta 8 eureh.

Kélai laconso mas siondes sans ?

Quélai ladaipan se tota lepour levoiaje ?

Vous avez mis plus de 10 minutes ? Alors c’est 0 en calcul !!

Or c’est ainsi que le dyslexique voit l’énoncé.

Solution : Monsieur et Madame Renaud vont de Paris à Chamonix. La distance est de 600km et la voiture consomme 10 litres aux cent kilomètres. Il faut compter 18€ de péage d’autoroute et 8€ de repas pour déjeuner le midi. L’essence coûte 1€ le litre. Ils partent à 8 heures.

Quelle est la consommation d’essence ?

Quelle est la dépense totale pour le voyage ?

Pour essayer de comprendre ce que vivent les dyspraxiques, essayer d’écrire un texte de la main gauche, si vous êtes droitier, et inversement si vous êtes gaucher, sous la dictée de quelqu’un….

 

Des exemple on pourrait en trouver d’autres mais pour mieux comprendre ces troubles, voici quelles clés.

 

 Les différents troubles de l’apprentissage se manifestent chez des enfants qui ont une intelligence et un comportement social normaux et qui ne présentent pas de problèmes sensoriels (vue, ouïe).

Ce sont des troubles durables, « on naît DYS et on le sera toute sa vie », mais heureusement, les DYS savent contourner les difficultés, les compenser, mais cela leur demande beaucoup d’énergie, de concentration d’où une grande fatigabilité, même adultes.

Ces enfants éprouvent des difficultés à apprendre à lire, à écrire, à orthographier, à s’exprimer ou encore à se concentrer.

Les troubles DYS comprennent :

Les troubles de la lecture (acquisition du langage écrit) : on parle de dyslexie

Les troubles du développement moteur et de l’écriture : on parle de dyspraxie

Les troubles des activités numériques : on parle de dyscalculie.

Les troubles du langage oral : on parle de dysphasie.

Les troubles de l’attention: Trouble de l’Attention avec ou sans Hyperactivité( TDAH )

 

La Dyslexie et la Dysorthographie:

Il s’agit d’une altération spécifique et  significative de la lecture (dyslexie) et/ou de la production d’écrit et de l’orthographe (dysorthographie).

Les signes:

  • Ces troubles apparaissent dès les premiers moments de l’apprentissage sous la forme d’une difficulté à maîtriser le stade dit alphabétique de l’apprentissage de la lecture.
  • Au stade suivant, le trouble se manifeste par une incapacité à mémoriser la forme visuelle des mots et à les reconnaître globalement(stade orthographique). Ceci entraîne une lecture généralement hésitante, ralentie, émaillée d’erreurs qui a pourtant exigé beaucoup d’efforts. L’orthographe, qui normalement se développe au fur et à mesure que s’automatise la reconnaissance globale des mots, est touchée.

La déficience liée à la dyslexie est d’intensité variable selon les individus. Elle peut être accompagnée de troubles du calcul, de la coordination motrice (et en particulier du graphisme) ou de troubles d’attention, avec ou sans hyperactivité.
Leur association est un facteur aggravant.

  • L’enfant doit avoir été exposé à la lecture depuis au moins 2 ans pour être diagnostiqué dyslexique.

https://aidersonenfant.com/dyslexie-et-dysorthographie-comment-les-diagnostiquer/#.XdofbkTVhJk.facebook

Les répercussions:

  •  Mauvaise tenue des cahiers scolaires. Sont souvent incomplets, illisibles et incompréhensibles, ce qui entraîne des difficultés à étudier les leçons et faire les exercices.

 

  • Difficultés de lecture et d’écriture ne permettant pas d’accéder naturellement à l’information.
  • Absence de goût pour lire et écrire.
  • Difficultés d’apprentissage dans de nombreuses matières : les matières littéraires sont les plus affectées, les matières scientifiques aussi peuvent l’être de par les difficultés
    de compréhension des énoncés.
  • Problèmes de compréhension des sujets écrits aux examens, de la production d’une copie lisible et correctement orthographiée, et du temps mis pour l’écrire.
  • Résultats scolaires pas à la hauteur des efforts fournis.
  • Scolarité plus difficile avec risque de redoublement, interruption de la scolarité ou orientation vers une formation moins ambitieuse que ses capacités intellectuelles seraient en droit de lui autoriser.
  • Difficulté à gérer des situations où il est nécessaire de lire ou d’écrire (CV, petites annonces, tests d’embauche …)
  • Fragilisation psychologique.
  • Estime de soi diminuée.

Manifestations

  • Difficulté à identifier les mots.
  • Difficulté à lire sans erreur et de manière fluide.
  • Difficulté à découper les mots dans une phrase.
  • Lenteur exagérée de la lecture.
  • Difficulté de compréhension des textes.
  • Écriture lente et difficile, parfois illisible (dysgraphie).
  • Nombreuses fautes d’orthographe, certaines phonétiquement plausibles, certaines aberrantes.
  • Fatigabilité importante liée à l’activité de lecture et d’écriture.

 

La DYSPRAXIE :

Trouble de la planification, de la pré-programmation des gestes complexes, intentionnels et finalisés ≠ gestes réflexes (apprentissage).

  •  Enfant maladroit, reverse son verre, verse à côté…
  •  Difficultés de construction…n’aime pas les puzzles, lego, meccano…
  • Difficulté à se repérer dans l’espace, sur une carte, une page du cahier..
  • Ecriture difficile, lente...

Qu’est-ce qu’une dypraxie:  https://www.youtube.com/watch?v=WNlj-VYXU7c&feature=youtu.be

  • Les enfants dyspraxiques ont donc des difficultés à planifier, à programmer et coordonner des gestes complexes. Ils ne peuvent pas automatiser un certain nombre de gestes volontaires, notamment l’écriture (ce qui entraîne une dysgraphie).
  • Ces enfants contrôlent laborieusement le dessin de chaque lettre, ce qui absorbe une grande partie de leur attention et les empêche de prêter attention aux autres aspects (orthographe, sens des mots…). La prévalence de la dyspraxie est évaluée à environ 5 à 7 % des enfants de 5 à 11 ans.

La dyspraxie est souvent associée à des anomalies de la perception visuo-spatiale et à des troubles d’organisation du regard qui perturbent l’appréhension de l’environnement par l’enfant.

Les signes:

  • Les enfants sont peu latéralisés (droitier/gaucher)
  • Maladresses motrices : tombent, se cognent, reverse le verre…
  • Acquisition plus tardive de certaines habiletés motrices, boutonnage, faire ses lacets…
  • Équilibre précaire : anxiété  diminution des déplacements
  • Motricité fine difficile : découpage, dessins, coloriage…
  • Déficits visuo-spatiaux, difficulté de balayage en lecture…
  • Problème de la double tâche, écrire sur les lignes et former correctement les lettres…

Les répercussions:

  • Maladresse, mauvaise coordination…
  • Difficultés à manger proprement, à couper sa viande…
  • Difficultés à la toilette, à l’habillage
  • Difficultés d’écriture on parle de dysgraphie.
  • Perte de l’estime de soi.
  • Difficulté à estimer les distances,
  • Difficultés en géométrie, en géographie..
  • Difficultés en sport, sports de balles…

Gaston et les troubles DYS: https://www.youtube.com/watch?v=Z3yA9tCHUJw&t=5s

 

 

Les nouvelles recommandations pour encadrer la dyspraxie:

https://mobile.allodocteurs.fr/grossesse-enfant/enfant/trouble-de-l-apprentissage/de-nouvelles-recommandations-pour-encadrer-la-dyspraxie_28429.html

Des conseils pour mieux écrire:

https://www.ra-sante.com/ecriture-conseils-graphotherapeute-43256.html

 

 

La DYSCALCULIE:   

 

  • Troubles spécifiques des activités numériques communément appelés dyscalculie.
  • Ces troubles sont une altération de la capacité à comprendre et à utiliser les nombres.
    Ils affectent “les aspects procéduraux et conceptuels” du calcul et du comptage ainsi que la mémorisation des faits numériques. Ils s’associent souvent à d’autres troubles spécifiques.
    Ils en sont également souvent une des conséquences (troubles de l’attention et exécutifs, troubles du langage, troubles visuo-spatiaux, difficultés mnésiques).
  • Les données numériques.

 

  • Manifestations

• Difficulté à dénombrer.
• Difficulté à reconnaître immédiatement les petites quantités.
• Difficulté à connaître les systèmes numériques oraux et/ou arabe.
• Difficulté à passer d’un code numérique à un autre.
• Difficulté à manier la numération en base 10.
• Difficulté à se représenter en analogique une quantité.
• Difficulté à effectuer un calcul mental.
• Difficulté à poser un calcul par écrit.
• Difficulté à résoudre des problèmes.
• Difficulté à apprendre des faits numériques comme une table de multiplication.
• Difficulté à poser une opération.

  • Répercussions
    Difficulté dans le quotidien liées à manipuler des sommes d’argent(pour faire les courses par exemple).
    • Difficulté à manier les nombres et les chiffres : durée, distance, quantité …
    • Difficulté en mathématiques et dans les matières nécessitant l’utilisation de données

Qu’est ce que la DYSCALCULIE et que faire?

 

https://hizy.org/fr/apprentissages/scolaires/qu-est-ce-que-dyscalculie-que-faire

 

 

LA DYSPHASIE:                    

     

 

  • Ces troubles concernent le développement du langage oral et peuvent toucher les aspects réceptifs (décoder le langage reçu) et/ou expressifs (phonologiques, lexicaux syntaxiques …).

Carte heuristique : dysphasie.
« L’Intarissable, Le journal de l’Internat d’excellence de Montpellier. »

Manifestations:

  • Paroles indistinctes, problèmes de syntaxe, expression par mots isolés, discours plus ou moins construit, manque de mots
    Les personnes atteintes par ces troubles ont du mal à transmettre aisément des informations, des sentiments, à réciter des leçons, à raconter des histoires, à dialoguer, et ont des difficultés dans  toutes les restitutions orales.
    • Difficulté de compréhension de ce qui est transmis oralement, et donc inadaptation des comportements.

Les répercussions:

• Difficultés dans la communication malgré une bonne appétence pour celle-ci.
• Difficultés d’apprentissage scolaire.
• Difficultés d’intégration scolaire et sociale.
• Risque d’isolement.
• Mauvaise estime de soi.
• Voire, développement de troubles du comportement

Il était une fois la Dysphasie de Léo: https://www.youtube.com/watch?v=u_I15VI_1O4

dysphasie adulte: https://www.youtube.com/watch?v=nMEruXRpfBo

 

Là encore, ce sont des troubles dus à un fonctionnement particulier du cerveau au niveau de certaines zones, différentes de celles intervenant dans le langage écrit ;  il ne s’agit aucunement de déficience intellectuelle.

Les Troubles De l’Attention avec ou sans Hyperactivité( TDAH):

 

 

Ces troubles portent sur les fonctions attentionnelles et exécutives et concernent l’attention soutenue, l’attention dirigée vers une stim

ulation

 

, l’impulsivité, la précision visuo-motrice

Ils sont permanents et apparaissent avant l’âge de la scolarité.
Ils peuvent être associés à d’autres troubles du comportement : opposition, anxiété, fatigabilité …

Manifestations:

  • Tendance spontanée à avoir une activité désorganisée et inappropriée.
  • Grande distractivité.
  • Difficultés à diriger son attention, et à la mener à son terme.
  • Difficulté à réguler son impulsivité dans les échanges sociaux.

Répercussions:

  • Difficultés dans les relations inter-personnelles au sein de la famille, dans l’environnement scolaire, amical ou professionnel pouvant entraîner de fréquents rejets.
  • Difficultés dans les relations d’autorité et de respect des règles.
  • Rendement diminué dans toutes les tâches et fatigabilité liée aux efforts requis pour être attentif.
  • Difficultés à réguler son impulsivité dans les échanges sociaux.
  • Parcours scolaire difficile en l’absence d’aménagements pédagogiques.
  • Stabilité professionnelle peu aisée.

 

ANPEIP – TDA/H

 

 

Les troubles mnésiques:           

 

Ces troubles peuvent porter sur la mémoire de travail et/ou la mémoire à court terme et/ou la mémoire  immédiate et/ou sur la mémoire à long terme. Ils apparaissent au cours du développement de l’enfant vers 5-6 ans et sont permanents.
Ils ont des répercussions significatives sur les différents types d’apprentissage.

Manifestations

  • Oubli d’une leçon bien apprise la veille.
  • Oubli des consignes données (l’enfant ou l’adulte doit relire plusieurs fois).
  • Égarement et perte d’objets personnels fréquents.
  • Difficulté à donner du sens aux textes longs par oubli du contenu des premières phrases alors que la lecture est courante.

Répercussions

  • Difficultés d’apprentissage scolaire. Le pronostic scolaire est remis en cause. Les jeunes atteints par ces troubles seront souvent orientés vers des apprentissages de “savoir-faire” : métiers manuels ou pratiques.
  • Difficulté dans les relations avec la famille, les amis, les collègues de travail… s’ils n’acceptent pas le côté « tête en l’air qui oublie ce qu’on lui a demandé ».
  • Difficulté relationnelle avec les enseignants qui pensent que l’enfant n’a pas appris sa leçon ou avec les employeurs qui interprètent cela comme de la négligence professionnelle.
  • Difficulté à suivre un cours, un exposé, un briefing, une conversation…
  • Difficulté à participer à un travail en équipe.
  • Difficulté à  gérer  leur vie économique, familiale et sociale pour les adultes.

 

Ces troubles peuvent porter sur la mémoire de travail et/ou la mémoire à court terme et/ou la mémoire  immédiate et/ou sur la mémoire à long terme. Ils apparaissent au cours du développement de l’enfant vers 5-6 ans et sont permanents.
Ils ont des répercussions significatives sur les différents types d’apprentissage.

Manifestations

  • Oubli d’une leçon bien apprise la veille.
  • Oubli des consignes données (l’enfant ou l’adulte doit relire plusieurs fois).
  • Égarement et perte d’objets personnels fréquents.
  • Difficulté à donner du sens aux textes longs par oubli du contenu des premières phrases alors que la lecture est courante.

Répercussions

  • Difficultés d’apprentissage scolaire. Le pronostic scolaire est remis en cause. Les jeunes atteints par ces troubles seront souvent orientés vers des apprentissages de “savoir-faire” : métiers manuels ou pratiques.
  • Difficulté dans les relations avec la famille, les amis, les collègues de travail… s’ils n’acceptent pas le côté « tête en l’air qui oublie ce qu’on lui a demandé ».
  • Difficulté relationnelle avec les enseignants qui pensent que l’enfant n’a pas appris sa leçon ou avec les employeurs qui interprètent cela comme de la négligence professionnelle.
  • Difficulté à suivre un cours, un exposé, un briefing, une conversation…
  • Difficulté à participer à un travail en équipe.
  • Difficulté à  gérer  leur vie économique, familiale et sociale pour les adultes.

Les troubles DYS, présentation de l’INSERM

https://www.youtube.com/watch?v=fFQ1vmkebNA

 

Diagnostic et prise en charge des différents troubles

  • Les premiers troubles apparaissent souvent à l’école lorsque l’enfant entre en contact avec le langage écrit.
  • Repérer par les enseignants et/ou les familles, prescrits par le médecin traitants différents bilans sont nécessaires en fonction des troubles:

 

  • Bilan d’orthophonie : il évalue le langage écrit (lecture, orthographe), le langage oral (production, compréhension…), les aptitudes (visuelles, phonologiques et la mémoire à court terme)
  • Bilan pluridisciplinaire dans un centre de référence (service hospitalier) lorsque le diagnostic est difficile à poser.
  • Orthoptiste : Motricité des yeux.
  • Ergothérapeute : spécialiste des troubles praxiques
  • Neuropsychologue : test de QI, test troubles attentionnels, suivi psychologique…
  • Tests psychométriques (QI): confirme le diagnostic de dyslexie.

  • La rééducation se fait à long terme…
    • Prévoir des fenêtres thérapeutiques en accord avec les professionnels pour soulager l’emploi du temps de l’enfant
    • Des séances de rééducation peuvent se faire sur le temps scolaire en accord avec l’école.
  • Les rééducateurs :
    • Aident l’enfant à compenser ses troubles
    • Vous informent sur le fonctionnement de votre enfant, expliquent ses difficultés
    • Evaluent l’évolution de son trouble (bilans)
    • Justifient vos demandes d’adaptations…Ce sont nos partenaires.

Pour aller plus loin:

« C’est pas sorcier »: https://www.youtube.com/watch?v=7jaeNhjz2rQ

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/troubles-apprentissages