Pour aider les enfants DYS à l’école, il faut des aménagements, des adaptations.

L’enjeu des adaptations :

  • Contourner les difficultés dues aux troubles DYS.
  • Economiser l’énergie et la concentration en supprimant des tâches contre-productives, comme la copie…
  • Obtenir des résultats cohérents avec leur efforts, la quantité de travail fourni et leurs capacités intellectuelles.
  • Réparer une injustice
  • Préserver leur motivation et l’estime d’eux-mêmes…

 

Plusieurs types d’aménagements:

  • Ceux qui permettent d’évaluer la compétence visée et non le trouble, ne sanctionner que la conjugaison si l’objectif de l’exercice est de vérifier le passé-composé dans une dictée. Pour la résolution de problème, évaluer le résonnement mis en place  et pas seulement le résultat…
  • Celles évitent  que les difficultés ne se propagent pas dans les autres matières que le français, notamment pour la dyslexie.
  • Celles qui suppriment les tâches contre-productives, comme recopier un énoncé avant de faire l’exercice…

 

Les difficultés persistent, s’aggravent d’autres aménagements existent.

  • Le PPRE : Projet Personnalisé de Réussite Educative. Dispositif interne à l’Education Nationale, qui peut être utilisé tant que le diagnostic n’est pas posé définitivement.
  • Le PAP: Plan d’Accompagnement Personnalisé. Dispositif de l’Education Nationale, pour la reconnaissance des dys.
  • Le PPS : Projet Personnalisé de Scolarisation dispositif attribué par la MDPH, ou le tribunal du contentieux en cas de recours.

 


Qui en est à l’initiative?

En principe, l’équipe éducative  (Repère dys en CM1 systématique dans l’Ain) (1 enseignant est formé par école)

 Lorsque un enfant risque de ne pas maîtriser les connaissances et compétences indispensables  à la fin d’un cycle, le directeur d’école ou le chef d’établissement propose aux parents ou responsable légal de l’élève de mettre en place un PPRE (Circulaire 2006-138)

https://www.education.gouv.fr/bo/2006/31/MENE0601969C.htm

  • A partir d’un constat initial (fait par l’équipe éducative), il faut cibler des objectifs prioritaires précis,  définir les modalités de mise en œuvre des actions proposées

Des enseignants spécialisés du Rased  peuvent apporter leur concours à la mise en œuvre du PPRE.

Au collège ou au lycée, le professeur principal coordonne la mise en œuvre du PPRE après concertation de l’équipe.

  • le PPRE est utilisé pour toute situation où l’enfant est en difficulté (Dys ou autre). Il concerne les élèves qui risquent de ne pas maîtriser certaines connaissances et compétences attendues à la fin d’un cycle d’enseignement, il peut donc également être mis en place pour les élèves intellectuellement précoces en difficulté scolaire…

Notre suggestion: utiliser la grille d’aménagements du Plan d’Accompagnement Personnalisé (PAP) et l’introduire dans le PPRE ce qui lui donne un caractère plus durable pour les élèves DYS.

 

 

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027677984&categorieLien=id

http://eduscol.education.fr/cid86144/plan-d-accompagnement-personnalise.html

 

  • Le plan d’accompagnement personnalisé permet à tout élève présentant des difficultés  scolaires durables en raison d’un trouble des apprentissages de bénéficier d’aménagements et d’adaptations de nature pédagogique.

Le PAP est un document normalisé qui définit les aménagements et adaptations pédagogiques dont bénéficie l’élève. Il est rédigé sur la base d’un modèle national. Deux réunions sont souhaitables par an. Une en début d’année et une autre en juin pour faire le bilan de l’année et les aménagements pour la rentrée.

  • C’est un document écrit qui vise à répondre aux difficultés scolaires de l’élève.
  • C’est un outil de suivi, organisé en fonction des cycles de la maternelle au lycée, afin d’éviter la rupture dans les aménagements et adaptations.

 Il peut être proposé par le conseil d’école ou le conseil de classe. Le directeur ou le chef d’établissement doit alors recueillir l’accord de la famille. Mais il peut également être demandé par la famille qui adressera un courrier au chef d’établissement.

  • Constat des troubles :

il est fait par le médecin scolaire, au vu de l’examen qu’il réalise et, le cas échéant, des bilans psychologiques et paramédicaux réalisés : Bilans: tests psychologiques, orthophoniques, ORL, ergothérapeute si une demande d’ordinateur est faite(matériel pédagogique adapté: MPA)…

Les bilans sont joints au dossier, l’école le transmet au médecin scolaire.

Celui-ci rend alors un avis sur la pertinence de la mise en place d’un plan  d’accompagnement personnalisé au vu de la présence ou non d’un trouble des apprentissages.

Le médecin scolaire n’est pas prescripteur, mais il peut donner des pistes( ex MPA) ,il donne le  cadre général.

Si refus PAP par médecin scolaire, pas de recours possible. Continuation du PPRE et la situation de l’enfant peut rester difficile, il est important de refaire une demande ultérieurement.

Si accord du médecin scolaire:

Le PAP est élaboré par l’équipe pédagogique, qui associe les parents et les professionnels concernés qui suivent l’élèves, ces derniers sont invités par les parents et non l’établissement.

 La mise en œuvre du PAP est assurée par les enseignants au sein de la classe. Dans le second degré, le professeur principal peut jouer un rôle de coordination.

 Le plan d’accompagnement personnalisé permet de bénéficier d’aménagements et d’adaptations de nature exclusivement pédagogique. Il permet également à l’élève d’utiliser le matériel informatique de l’établissement scolaire ou son propre matériel informatique.

Le PAP fait l’objet d’un bilan écrit en fin de Cycle ( 3 ans) Il s’agit de réajuster les aménagements.
uLe médecin scolaire n’intervient plus une fois le premier diagnostic posé.